BATTUCADA - Brésil

Durée : 4min 21sec | Chaîne : Instrument
472 vues | Notez
La batucada, née à Rio de Janeiro, est une forme musicale originaire du Brésil interprétée par une nombre varié de membranophones et d’idiophones. Hors du Brésil, le terme de batucada s’utilise pour désigner les formations instrumentales pratiquant ce genre musical. Cet ensemble constitue une batterie collective dont le “battement” (batucada en brésilien) est à l’origine du nom. Les membres d’une batterie sont appelés ritmistas.
 
Les instruments de la batucada se composent essentiellement de percussions :
 
Membranophones
  • Surdo : tambour cylindrique dont le son grave marque les basses et structure le rythme en donnant la pulsation. Il est généralement fabriqué en métal avec des membranes en peau animale ou synthétique. Il existe des surdos de diverses tailles.
  • Repinique ou repique : tambour cylindrique à fût métallique et membranes synthétiques au son clair servant à l’accompagnement. Il marque notamment les phrases d’appel (démarrages, arrêts des pièces musicales).
  • Caixa ou tarol : caisse claire avec un timbre généralement constitué d’un simple fil d’acier tendu dans le diamètre de la peau de frappe. Elle sert elle aussi d’accompagnement en assurant un continuum rythmique.
  • Tamborim : tambour sur cadre sans cymbale au son sec et aigu. Il effectue des phrases rythmiques qui ponctuent les morceaux et les font vivre.
  • Cuica : tambour à friction générant une sorte de chant rythmique.
 
Idiophones
  • Chocalho ou chapinhas : ensemble de petites cymbales montées sur un réseau de tringles. Le son, répétitif et aigu, vient renforce le jeu des caixas.
  • Agogô : polycloche comportant de deux à cinq tons à vocation mélodico-rythmique.
 
Autre
Ajoutons l’apito, sifflet à un ou trois tons permettant au chef de batterie de communiquer avec ses musiciens pour les diriger grâce à des signaux conventionnels.
 
Une réalisation de Patrick Kersalé / © Patrick Kersalé 2012