Expand Expand

LE TAMBOUR DAMARU - Tibet

Durée : 2min 17sec | Chaîne : Instrument
Partager | Exporter | 322 vues | Notez
Le tambour de base du rituel le plus modeste est le tambour en forme de sablier (damaru). Il dispose d’un système d’excitation inhabituel : des boules fouettantes. Dans le monde hindouiste dont il est originaire, il est l’un des attributs du dieu Shiva notamment sous sa forme de danseur dite Nataraja. Dans la pensée hindouiste, ce tambour symbolise la pulsation sonore à l’origine de toute création. Originellement fabriqué avec deux calottes crâniennes humaines, il rappelle que la vie naît de la mort.
Un texte tibétain ancien définit précisément le mode de fabrication d’un tel tambour : « La matière de la caisse est un crâne ou du bois ; s’il s’agit d’un crâne, il faut prendre celui d’un garçon et d’une fille respectivement de seize et douze ans. Les membranes seront faites avec la peau d’un singe, les boules percutantes façonnées dans l’os d’un oiseau aquatique. »
Le tambour en forme de sablier est aujourd’hui plus communément fabriqué avec du bois. Lors de son utilisation, il est toujours tenu dans la main droite à l’image de Shiva. Il est l’attribut des divinités protectrices comme Mahakala (mgon-po en tibétain), des messagères célestes dâkinî et des maîtres religieux qui ont joué un rôle essentiel dans la propagation du bouddhisme au Tibet comme ici Padmasambhava.
Si le sceptre rituel rdo-rje est le symbole des moyens nécessaires pour parvenir à la connaissance, le son produit par le tambour en forme de sablier symbolise la sagesse.
Lorsque le tambour est inutilisé, il est toujours posé sur la tranche. Lors de son utilisation, le moine respecte le sens défini comme droite et gauche correspondant respectivement aux principes masculin et féminin.
© Patrick Kersalé 2012