ORGUE A BOUCHE - Êdê - Vietnam

Durée : 1min 19sec | Chaîne : Instrument
286 vues | Notez
Cet instrument (ding nam = six tuyaux) constitue probablement l’archétype de tous les orgues à bouche existants. Il comporte 6 tuyaux de bambou répartis différemment selon les peuples (4+2, 3+3…). Chaque tube est muni d’une anche libre en bambou emprisonnée dans une calebasse faisant office de chambre de distribution d’air. Cette dernière comporte, dans sa partie caudale, un porte-vent constitué d’un petit tube de bambou. Ce dernier, ainsi que les tuyaux, sont fixés à la calebasse avec de la cire. Chaque tube est percé d’un petit orifice latéral que l’on bouche avec le doigt pour faire sonner le tuyau. Au cours du jeu, une seconde personne, parfois le chanteur ou la chanteuse qu’accompagne l’instrument, génère un vibrato en bouchant et débouchant incomplètement et alternativement la partie inférieure ouverte d’un des tuyaux.
Les peuples pratiquant ce type d’orgue à bouche jouent également les ensembles de gongs. Aussi, chaque tuyau est généralement assorti du même nom que le gong de l’ensemble qu’il tend à représenter.
Si les femmes jouent rarement les aérophones soufflés dans les sociétés au mode de vie traditionnel, en voici un remarquable contre-exemple. Chez les Êdê du Vietnam, l’orgue à bouche accompagne le aê rêi, une forme de chant de louanges utilisant un langage métaphorique. On exprime, à travers cette forme, les sentiments ayant trait à l’amitié, l’amour, tant envers les vivants qu’envers les morts. Ces femmes ne sont pas des musiciennes professionnelles. Rares sont aujourd’hui les occasions de pratiquer ce genre de musique, si ce n’est, comme ici, pour en sauvegarder la mémoire grâce à l’enregistrement.
Une réalisation de Patrick Kersalé / © Patrick Kersalé 2012