Expand Expand

TAMBOUR DHOL - Inde, Rajasthan

Durée : 1min 54sec | Chaîne : Instrument
212 vues | Notez
Ce grand tambour cylindrique en bois, en fer ou en cuivre, est tendu de deux peaux de chèvre pour les petits modèles et de vache pour les grands. Son diamètre atteint fréquemment 80 cm. Les deux peaux sont reliées par un système de laçage en Y dans lequel passe un anneau métallique permettant leur accordage selon deux hauteurs différentes :
·     la plus basse, à main droite (nar : mâle) est lestée par un mélange de cendres, de limaille et d’huile appliqué au centre intérieur de la peau ; celle-ci se frappe avec un bâton courbé ;
·     la plus aiguë, (mada : femelle), est tapée avec la paume de la main gauche.
Parfois, un second joueur superpose un rythme joué avec deux fines baguettes sur la peau mada. Le dhol s’accompagne souvent du gong thali.
Autrefois utilisé comme outil de communication dans les villages pour annoncer les grands évènements de la vie ou un danger, il se rencontre aujourd’hui largement dans les orchestres traditionnels. Lors des festivals, qui se déroulent tout au long de l’année dans le Rajasthan, son jeu fait l’objet de concours (notre séquence vidéo).
Il existe, à travers l’Union indienne, de nombreux types de tambours. Le tambour est, dit-on, le roi des instruments. Conçu par Brâhma, la divinité créatrice, il anima la danse céleste qui suivit la victoire de Shiva sur le démon Tripurasura. Selon la légende, Brâhma aurait modelé le corps de son premier tambour avec de la terre mouillée par le sang du démon.
Le dhol, l’un des plus grands tambours de l’Union indienne, se décline sous diverses variantes.
Le Festival du Désert de Jaisalmer, au cœur du Thar, est une vitrine de la culture rajasthani. On y élit Monsieur Désert, on y prime la plus belle barbe, le turban le plus élégamment mis en place dans le délai le plus bref ou encore le meilleur joueur de dhol. Ce musicien semble vouloir démontrer que l’imagination humaine n’a pas de limite…
Une réalisation de Patrick Kersalé / © Patrick Kersalé 2012

Nouveau commentaire :